Vous prendrez bien un morceau ?

Parfois, je glisse des petits morceaux d’écriture dans le métro. Vous… vous en avez trouvé un ?!!!! Le titre et la catégorie devraient vous permettre de retrouver facilement le  morceau tout entier. Mais vous pouvez aussi me demander 🙂 Vive la lecture !

Article mis en avant

Théâtre brut

Dans le théâtre brut, on tape sur un seau pour évoquer une bataille, on se sert de farine pour rendre la pâleur d'un visage effrayé. L'arsenal est sans limites : l'aparté, la pancarte, l'allusion aux événements, les plaisanteries locales, l'exploitation des incidents, les chants, les danses, le rythme, le bruit, l'utilisation des contrastes, le raccourci... Lire la Suite →

Que le mal vienne ou non, l'angoisse est venue, et le sillon qu'elle a creusé ne se comble jamais. Port-Royal / Henry de Montherlant

Obéissance

LA SŒUR FLAVIE : Si cinquante archevêques de Paris se succédaient les uns aux autres, je ferais toujours ce que celui qui serait en charge me commanderait. Je suis entre les mains de mes supérieurs [...].  Dieu ne laissera pas de récompenser votre obéissance. LA SŒUR ANGÉLIQUE : Comme vous emmêlez ce qui vous sert... Lire la Suite →

Mystère divin

Pourquoi vous tourmenter ? Dans notre religion, tout est tellement simple. Vous êtes heureuse ? Vous en rendez grâces. Vous êtes malheureuse ? Vous en rendez grâces. Vous n'avez qu'à vous laisser mener, attendre les moments de Dieu, adorer tout ce qu'il vous envoie. Il y a soixante et onze ans que les tribulations m'entourent... Lire la Suite →

Par quel mystère, une fois écrits, les mots font-ils l'effet d'être excessifs, alors qu'au contraire ils sont toujours au-dessous de ce qu'on ressent ? L'exil / Henry de Montherlant

Règle des 4 tiers

CÉSAR : Eh bien, pour la dixième fois, je vais te l'expliquer, le picon-citron-curaçao. Approche- toi ! Tu mets d'abord un tiers de curaçao. Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde la couleur. Regarde comme c'est joli.... Lire la Suite →

Art du salut

Nous oublions qu'il y a deux apothéoses possibles après une expérience théâtrale. Il y a l'apothéose par la célébration, où notre participation se manifeste en piétinements, acclamations, hourras et tonnerre d’applaudissements ; ou bien, à l'opposé, il y a l'apothéose par le silence - autre façon de saluer et d'apprécier une expérience partagée. Nous avons... Lire la Suite →

« Donner » vie

Le travail qui consiste à donner vie à chaque personnage est vraiment une tâche surhumaine. Si l’œuvre d'un auteur débutant paraît souvent avoir peu d’épaisseur, cela provient peut-être de son expérience encore embryonnaire des contacts humains. Mais, d'un autre côté, rien n'est plus suspect que l'homme de lettres d'âge mur qui s'installe devant une table... Lire la Suite →

Art de l’envoutement

Nous savons bien que des hommes en queue-de-pie et nœud papillon, qui tapent, grattent, soufflent dans leurs instruments, gesticulent, sont capables de produire cette chose magique qui a un nom : musique. En dépit des instruments absurdes qui transmettent la musique, nous percevons l'abstrait à travers sa manifestation concrète. Nous admettons que des hommes ordinaires... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :