C’est en lisant qu’on devient liseron

Le liseron.

Celui-ci ne doit pas nous abuser avec ses fleurs en fines trompettes blanches et le charmant proverbe inventé par Maurice Fombeure (C’est en lisant qu’on devient liseron). C’est un tueur. Ses filets enserrent et étouffent les plus belles fleurs, et rien n’est plus délicat que de les en sauver sans dommage. Sa variété ornementale, le volubilis, aux fleurs multicolores, nous rappelle par son nom ces beaux parleurs qui nous embobinent par leurs paroles enjôleuses.

Célébrations / Michel Tournier

Un commentaire sur “C’est en lisant qu’on devient liseron

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :