16 décembre 2015

Bébé

Petit être en expansion, à la paisible bedaine.

Rusé, c’est en se faisant passer pour le comble de la fragilité qu’il se nourrit sans vergogne de l’énergie des vieux vivants.

Les bébés ont cela aussi d’étonnant qu’à peine sont-ils nés, nous ne pouvons plus nous concevoir sans eux.

Certes nous gardons la mémoire d’un temps où ils n’existaient pas, mais leur soudaine présence plonge en nous de si profondes racines qu’ils semblent exister depuis toujours.

À un an, du haut de son éternité, mon fils m’est un objet de stupeur familière.

Sources : Journal d’un corps / Daniel Pennac (1) / (2) / (3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

Derniers Articles par FloFlo

CATÉGORIE

B