« Quand je regarde les photos que je fais, je m’aperçois qu’elles relèvent de la catégorie de la prédation. Mon expérience m’a montré qu’il y a deux sortes de photographes : ceux qui prennent et ceux qui donnent. Ce sont deux courants inverses : il y a un courant centrifuge et un courant centripète. »

Michel Tournier / Lors d’un colloque organisé à la Sorbonne sur le thème de la photographie / Les Cahiers de la photographie – (1983) n° 8, p. 84-90

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. […] : Michel Tournier (1) / (2) / […]

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

Derniers Articles par FloFlo

CATÉGORIE

Photographie

Étiquettes

, , , ,