Sur les deux joues

« Elle était satisfaite à la manière de cette femme arabe qui, ayant reçu un soufflet de son mari s’alla plaindre à son père, criant vengeance et disant : 

– Père, tu dois à mon mari affront pour affront.

Le père demanda :

– Sur quelle joue as-tu reçu le soufflet ?

– Sur la joue gauche.

Le père souffleta la joue droite et dit :

– Te voilà contente. Va dire à ton mari qu’il a souffleté ma fille mais que j’ai souffleté sa femme. »

Les misérables / Victor Hugo

Un commentaire sur “Sur les deux joues

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :