19 février 2017

« Elle »

Elle s’aperçut qu’il parlait de l’humanité comme si c’était une femme et elle se mit à détester cette rivale sans visage, secrète, mystérieuse, tyrannique que les hommes ne parviennent jamais à satisfaire et dont le plus grand plaisir semble être de les pousser à leur perte. C’était rageant de l’entendre tout le temps parler d’une autre, de se pencher sur son amant et de voir ses yeux pleins d’une passion, d’un rêve, d’un besoin dont vous étiez complètement exclue. Il ne s’agissait pas d’elle dans ses tourments impérieux, fougueux, dans ses plans d’action téméraires, ce n’était pas pour elle qu’il vivait, qu’il souffrait, qu’il risquait sa tête. Toute cette virilité, ce corps si charnel, si chaleureux, fait pour la terre, avec ces cuisses et ces mollets puissants, ces riens souples et solides, ces mains rudes faites pour saisir et pour garder, appartenaient à une maîtresse indifférente, cruelle et insatiable, une princesse lointaine et méchante qu’il servait avec un dévouement total, dont le bonheur, le plaisir et la satisfaction étaient la seul chose dont il se souciât vraiment. « Elle », « Celle-là », « L’autre », c’est ainsi qu’Annette pensait à sa rivale ; elle s’était mise à voir en l’humanité une femme exigeante et impossible à satisfaire […].

Lady L. / Romain Gary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

Derniers Articles par FloFlo

CATÉGORIE

Aimer les corps et les esprits

Mots-clés

, ,