Concours L’épine

Des murs d’appropriation et d’exclusion, on n’en retiendra qu’un seul, celui du mur d’interdiction le moins cher jamais inventé et du même coup le plus utilisé encore de nos jours : le barbelé. Un fermier de l’Illinois en dépose le brevet en 1874. […]

Les indiens en sont les premières victimes. A l’instar du bon sauvage de Jean-Jacques, ils n’avaient pas soupçonné , avant l’arrivée des Blancs, que la terre pût appartenir à quelqu’un en particulier. […] Relégués dans des réserves de plus en plus stériles, les Indiens sont bientôt prisonniers des barbelés qui interrompent, au sens premier du mot, leurs modes de vie traditionnels et communautaires. Leurs révoltes n’y changeront rien.

Histoire des murs / Claude Quétel

@ Joel Remy

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :