Accords entre branches

« En Afrique, il existe une espèce d’acacias qui, lorsqu’ils sont broutés par des girafes, réagissent en augmentant la toxicité de leurs feuilles. Dans le même temps, ils émettent du gaz éthylène, lequel informe les arbres voisins de la menace, et leurs congénères réagissent à leur tour en empoisonnant leurs feuilles. […]

Dans les forêts tempérées, P. Wohlleben décrit des cas étonnants de solidarité intraspécifique : lorsque, dans un bouquet de hêtres, l’un d’entre eux, malade ou placé sur un sol pauvre, montre des singes de faiblesse, ses proches congénères lui viennent en aide en lui transférant des glucides via leurs racines entremêlées. Ce qui signifie que les hêtres coordonnent leurs croissances. […]

Faudra-t-il bientôt admettre que, comme bon nombre d’animaux, les végétaux sont capables d’exprimer ?

La nature pense-t-elle ? / Nicolas Journet / Sciences Humaines, n° 293, juin 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :