Prendre à l’ombre mortelle de la nuit sa part de remède, ou à la belladone empoisonnée ses éléments curatifs, [être] libre d’arracher à la chose qui l’a assaillie ses pouvoirs et de s’en servir pour elle  dans un sens positif.
C’est cela une femme sauvage.

Femmes qui courent avec les loups / Clarissa Pinkola Estés

2 commentaires sur “

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :