Prendre à l’ombre mortelle de la nuit sa part de remède, ou à la belladone empoisonnée ses éléments curatifs, [être] libre d’arracher à la chose qui l’a assaillie ses pouvoirs et de s’en servir pour elle  dans un sens positif.
C’est cela une femme sauvage.

Femmes qui courent avec les loups / Clarissa Pinkola Estés

Joindre la conversation 2 commentaires

  1. Bon jour,
    A tout remède raisonné, est bénéfique :
    Note : y a pas de titre à votre article. Est-ce voulu ?
    Max-Louis

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

CATÉGORIE

XXX