22 mars 2018

Je vois donc je veux

Le meilleur moyen de rester en contact avec le sauvage est de se demander ce qu’on veut. […] Voici comment cela fonctionne : imaginez un grand buffet dressé devant vous, couvert de plats plus appétissants les uns que les autres, caviar, saumon fumé, crème fraiche, viandes froides, salades craquantes, légumes délicats, desserts exquis. Vous passez devant lentement et vous vous dites : « Oh je mangerais bien un peu de ceci, et puis un peu de cela et encore un peu de cela aussi… »

Nombreux sont les hommes et les femmes qui prennent des décisions de la sorte. Ils sont entourés d’un univers des plus tentants, qui vient s’insinuer dans leur vie et éveille leur appétit sans qu’ils aient faim. Lorsque nous faisons ce type de choix, nous décidons de nous offrir une chose parce qu’elle est sous notre nez à ce moment précis. Elle ne sera pas forcément ce dont nous avons besoin, mais elle nous intéresse et plus nous la contemplons, plus nous en avons envie.

Femmes qui courent avec les loups / Clara Pinkola Estés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

Derniers Articles par FloFlo

CATÉGORIE

Rester sage