9 juin 2018

Sortez couverts

Mais le gamin se fiche éperdument qu’on le traite de morveux de malheur, de veau chiasseux, ce ne sont là que des mots dénués de tout pouvoir sur qui ne leur accorde aucune importance, ils ne font que glisser sur lui sans l’atteindre.

Entre ciel et terre / Jón Kalman Stefánson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

CATÉGORIE

Rester sage