Et si on glandait ?

Chêne : Le mot est une forme latinisée d’un mot gaulois. Si ce mot gaulois a perduré et que le nom latin quercus ne s’est pas implanté en Gaule, c’est que le chêne est un arbre sacré pour les druides. […]

Son fruit est le gland, mot qui vient du latin, lui : glans. Le verbe familier « glander », au sens de « perdre son temps », signifiait à l’originer « ramasser des glands » et si, vers les années 1940, il évolue dans ce sens négatif, c’est que cette activité de ramasser des glands apparaît comme improductive : on entre dans l’ère des villes et les tâches liées à la forêt sont déconsidérées.

Commentaires folio+COLLEGE par Guillaume Duez (L’homme qui plantait des arbres / Jean Giono)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :