De l’art de vendre une maison

On comptait hier au soir à table, qu’Arlequin, l’autre jour à Paris, portait une grosse pierre sous son petit manteau ; on lui demandait ce qu’il voulait faire de cette pierre ; il  dit que c’était un échantillon d’une maison qu’il voulait vendre : cela me fit rire ; je jurai que je vous le manderais. Si vous croyez, ma fille, que cette invention soit bonne pour votre terre, vous pourrez vous en servir.

Lettre de Mme de Sévigné à sa fille

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :