Art vivant

ROTHKO : Voilà pourquoi c’est important pour moi de créer un lieu. Un lieu où le spectateur peut contempler les tableaux longtemps et les laisser vivre.

KEN : (exalté) Ils ont besoin du spectateur. Ils ne sont pas comme des tableaux qui représentent, comme des paysages ou des portraits.

ROTHKO : Dis-moi pourquoi.

KEN : Parce qu’ils changent, ils bougent, ils respirent. Les tableaux qui représentent sont figés. Ils ne demandent pas la participation active de celui qui regarde. Si on va au Louvre au milieu de la nuit, la Joconde sourit pareil. Mais ces tableaux-là, est-ce qu’ils arrêtent de respirer quand on les laisse seuls ?

Rouge / John Logan
Version française de Jean-Marie Besset

© N° 14, 1960 / Mark Rothko

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :