Art du salut

Nous oublions qu’il y a deux apothéoses possibles après une expérience théâtrale. Il y a l’apothéose par la célébration, où notre participation se manifeste en piétinements, acclamations, hourras et tonnerre d’applaudissements ; ou bien, à l’opposé, il y a l’apothéose par le silence – autre façon de saluer et d’apprécier une expérience partagée. Nous avons le plus souvent oublié le silence. Il nous embarrasse, même. Nous applaudissons mécaniquement parce que nous ne savons pas quoi faire d’autre, et nous ne nous rendons pas compte que le silence est permis, que le silence aussi est bel et bon.

L’espace vide / Peter Brook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :