Le papier du livre que vous avez entre les mains, chers lecteurs, provient du bois râpé de bouleaux ou d’épicés abattus – donc tués – à cette seule fin. La vie secrète des arbres / Peter Wohlleben Je ne pense pas que les personnages restent enfermés dans le… dans le caveau du livre. Comment vous […]

Point pour lui d’amour fraternel de l’humanité entière : on aime les tartares pour se dispenser d’aimer son prochain. Du contrat social / Jean-Jacques Rousseau Au bout du compte, ce seront six millions de Juifs exterminés, et ce n’est pas imaginable. Le traitement de masse annihile l’imagination du semblable et détruit la sensibilité au prochain […]

La désobéissance constituerait notre premier état, notre nature peut-être si, par « nature », on entend ce qui nous rattache aux bêtes et aux loups. Immédiatement, nous serions réfractaires à la règle. […] Dès qu’il s’agit d’opposer l’homme civilisé à la sauvagerie (supposée), l’obéissance est pensée comme ce qui nous humanise. (Dés)obéir / Frédéric Gros Parmi les […]

Être libre, c’est essentiellement vouloir être libre. Ce qui effraie, c’est que la liberté soit à ce point à la verticale de notre responsabilité. Elle n’est rien d’autre que cette verticale. Nous ne sommes pas responsables parce que libres, mais libres parce que responsables. (Dés)obéir / Frédéric Gros La liberté est une conquête. L’Africain /JMG […]

Après tout, se tromper au départ, il y a peu de grands capitaines qui ne s’y soient laissé quelquefois entraîner ; la tragédie commence quand les chefs ne savent pas réparer. L’étrange défaite / Marc Bloch Tout le monde est sujet à se tromper, et l’on n’est point pour autant un insensé ni un malheureux, […]

La vie n’est tolérable qu’en état d’ébriété. Ébriété alcoolique, amoureuse, religieuse. Créature de néant, l’homme ne peut affronter l’inconcevable tribulation qui lui advient qu’en se saoulant la gueule. Le Roi des aulnes / Michel Tournier Je te souhaite d’avoir connu l’amour, le Grand. Dans son principe alcoolique le plus pur, celui dont la morsure nous […]

C’est dans un hall de gare, à Lyon-Part-Dieu. […] Cette jeune femme est tout entière occupée par son enfant, envahie d’un amour abondant, sans réserve. Si totalement brûlée d’amour qu’elle en est lumineuse, et que son visage suffit à éclairer le restant de votre journée, tout ce temps à tuer avant le train à prendre, […]