Dystopie

Hélène : Pourquoi les fabriquez-vous donc ? Busman : Ha, ha, ha, elle est bonne celle-là ! Pourquoi fabrique-t-on des robots ! Fabry : Pour le travail, mademoiselle. Un robot remplace deux ouvriers et demi. La machine humaine est trop incomplète. Il fallait la remplacer un jour. Busman : Elle était trop chère. Fabry :... Lire la Suite →

L'avantage à ne pas trop prévoir de destin ou de caractère à son enfant, c'est de toujours pouvoir se demander : Qui est cet homme que je vais bientôt rencontrer ?

Don d’identité

Être parent, c'est donner de son identité. C'est se diluer. S'étaler comme une flaque, se glisser dans les interstices. C'est devenir un morceau, un "morceau de". "Maman de" , "Papa de" C'est de cette seule manière que  nous identifie une ribambelle d'autres. Les petits camarades, en premier lieu. "Regarde, c'est la maman de Pilou qui... Lire la Suite →

Gros – Estés – FloFlo / Conversation

La désobéissance constituerait notre premier état, notre nature peut-être si, par "nature", on entend ce qui nous rattache aux bêtes et aux loups. Immédiatement, nous serions réfractaires à la règle. [...] Dès qu'il s'agit d'opposer l'homme civilisé à la sauvagerie (supposée), l'obéissance est pensée comme ce qui nous humanise. (Dés)obéir / Frédéric Gros Parmi les... Lire la Suite →

Le chouchou : mythe ou réalité

La jeune femme parle d'eux, à présent. On peut très bien - à la lenteur prononcée de sa voix - reconnaître l'enfant secrètement préféré. Il y en a toujours un. Quoi que disent les mères, quoi qu'elles pensent d'elles-mêmes dans leur obligation à nourrir l'espérance, à donner la becquée aux moineaux et aux anges -... Lire la Suite →

Noyade

Nous sommes tous en naissant des anlagen, comme le potentiel au cœur d'une cellule : en biologie, l'anlage est la partie de la cellule qui représente "ce qui va devenir". [...] Notre rôle, dans notre vie de femme, est d'accélérer l'anlage. Le conte Barbe-Bleue aide à l'éveil, à l'éducation de ce centre psychique, de cette... Lire la Suite →

Entre réalité et fiction

Depuis le début du film, mes larmes coulent, sans retenue. [...] Assis à mes côtés, tu me coules un regard amusé, nuancé d’étonnement. [...] Tu es adulte, tu a statué sur la frontière entre réalité et fiction, moi moins.  Même si la similitude qui lie mes émotions de cinéma à celles de ma vraie vie... Lire la Suite →

Quarantaine

"Je suis né, il le fallait bien, et je n'ai rien pu faire non plus pour m'empêcher d'atteindre l'âge de quarante et un ans d'où je vous parle aujourd'hui perché comme un pingouin sur un morceau de banquise." Escapade à Maurice / Microfictions / Régis Jauffret

Jamais jeune

Je n'ai jamais été jeune parce que personne n'a voulu l'être avec moi. Journal d'un curé de campagne / Georges Bernanos

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :