Les mots d'Étienne la hantaient ; c'était juste une phrase, certes, mais qui prenait l'espace d'un roman russe dans son esprit. Deux sœurs / David Foenkinos

Par quel mystère, une fois écrits, les mots font-ils l'effet d'être excessifs, alors qu'au contraire ils sont toujours au-dessous de ce qu'on ressent ? L'exil / Henry de Montherlant

« Donner » vie

Le travail qui consiste à donner vie à chaque personnage est vraiment une tâche surhumaine. Si l’œuvre d'un auteur débutant paraît souvent avoir peu d’épaisseur, cela provient peut-être de son expérience encore embryonnaire des contacts humains. Mais, d'un autre côté, rien n'est plus suspect que l'homme de lettres d'âge mur qui s'installe devant une table... Lire la Suite →

T’es lourd

A quelqu'un qui manque de légèreté, de mordant, de finesse, de spiritualité, on se contentera de lui dire "t'es lourd", pour éviter de l'être.  

Point virgule

Les coudes posés de part et d'autre de sa Brother 900, le menton sur doigts croisés, Fred s'interrogeait sur les mystères du point-virgule. Le point, il savait, la virgule, il savait, mais le point virgule ? Comment une phrase pouvait-elle à la fois se terminer et se poursuivre ? Quelque chose bloquait mentalement, la représentation... Lire la Suite →

Erreurs d’orientation

Les deux seules matières qui méritaient un peu de sa concentration étaient l’histoire et la géographie. La première par respect pour ses origines, la seconde pour la défense de son territoire. [...] Et les autres matières ? Quelles autres matières ? La grammaire était l'affaire des avocats, les chiffres, celle des comptables, et la gym... Lire la Suite →

Au pied de la lettre

Je ne sais en quelle disposition vous serez en lisant cette lettre ; le hasard fera qu'elle viendra mal à propos et qu'elle ne sera peut-être pas lue de la manière qu'elle est écrite ; à cela je ne sais point de remède ; elle sert toujours à me soulager présentement ; c'est au moins... Lire la Suite →

Femme de lettres

Si je vivais de l'écriture, j'aimerais qu'on me qualifie de femme de lettres, plutôt que d'écrivaine. On touche la matière avec la femme de lettres. C'est comme décrire une femme dont la présence charnelle rayonne, en disant d'elle qu'elle est en chair et en os.  

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :