Point virugle

Les coudes posés de part et d'autre de sa Brother 900, le menton sur doigts croisés, Fred s'interrogeait sur les mystères du point-virgule. Le point, il savait, la virgule, il savait, mais le point virgule ? Comment une phrase pouvait-elle à la fois se terminer et se poursuivre ? Quelque chose bloquait mentalement, la représentation... Lire la Suite →

Erreurs d’orientation

Les deux seules matières qui méritaient un peu de sa concentration étaient l’histoire et la géographie. La première par respect pour ses origines, la seconde pour la défense de son territoire. [...] Et les autres matières ? Quelles autres matières ? La grammaire était l'affaire des avocats, les chiffres, celle des comptables, et la gym... Lire la Suite →

Au pied de la lettre

Je ne sais en quelle disposition vous serez en lisant cette lettre ; le hasard fera qu'elle viendra mal à propos et qu'elle ne sera peut-être pas lue de la manière qu'elle est écrite ; à cela je ne sais point de remède ; elle sert toujours à me soulager présentement ; c'est au moins... Lire la Suite →

Femme de lettres

Si je vivais de l'écriture, j'aimerais qu'on me qualifie de femme de lettres, plutôt que d'écrivaine. On touche la matière avec la femme de lettres. C'est comme décrire une femme dont la présence charnelle rayonne, en disant d'elle qu'elle est en chair et en os.  

Meurtre à la tronçonneuse

Il existe pour nous un obstacle intellectuel quasi insurmontable entre les mouches et les arbres. Ces grands végétaux n'ont pas de cerveau, ils ne peuvent se déplacer que très lentement, leurs préoccupations sont sans rapport avec les nôtres et leur quotidien se déroule dans un ralenti extrême. Comment s'étonner que les arbres soient traités comme... Lire la Suite →

Je crois que les choses n'ont pas lieu tant qu'elles ne sont pas racontées. Comment vous racontez la partie / Yasmina Reza

Pouvoir relatif des mots

Satanée vareuse, je l'ai oublié, et Bárður jure une fois de plus, il se maudit de s'être inutilement employé à fixer dans sa mémoire les vers du Paradis perdu, de s'être ainsi concentré au point d'en oublier sa vareuse. [...] Bárður conjugue en une tresse l'ensemble des jurons que la vie lui a enseignés, et... Lire la Suite →

Sortez couverts

J'ai décidé de vous envoyer un livre, un livre de poche, ce qui est en soi un beau concept, celui d'une littérature que l'on porte au plus près de soi. Moi et François Mitterrand / Hervé Le Tellier

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :