Coquetterie

Les qualités générales de l'articulation sont : la correction, la netteté, la vigueur et la légèreté. La correction provient du respect de toutes les règles concernant l'émission des consonnes. La netteté consiste à bien distinguer les consonnes les unes des autres. La vigueur consiste à frapper chaque consonne, lui permettant ainsi d'être distinguée au loin.... Lire la Suite →

Laisser le temps aux temps

Les temps sont indispensables pour la plupart des émotions qui s'expriment dans la détente. Il ne faut jamais parler que dans cette détente. Mais une détente étant fatalement précédée d'un état sensible opposé, il faut bien que l'émotion puisse se créer, et elle se crée dans les temps. Grammaire de la diction française / Georges... Lire la Suite →

C’est pas campliqué, merte !

Les qualités essentielles de la prononciation sont  la pureté et l'élégance. La pureté consiste à donner à chaque voyelle le timbre qui lui est propre. L'élégance consiste à garder une prononciation à égale distance du laisser-aller et de l'affectation. Grammaire de la diction française / Georges Le Roy

Rappel

Il est bon de ne pas parler en plein air par un temps de brouillard. Grammaire de la diction française / Georges Le Roy

Poser sa voix

Il faut placer sa voix dans le masque. On entend par là qu'il ne faut parler ni du nez, ni de la gorge, ni de la tête, et qu'on doit habituer la voix à ne prendre sa sonorité qu'après la sortie de la gorge. Si la bouche est à son tour convenablement accommodée, la sonorité... Lire la Suite →

A l’attaque

La règle est élémentaire : une phrase non attaquée se poursuit sans intérêt, et la finale est l'âme d'une phrase. Grammaire de la diction française / Georges Le Roy

Diction

Une diction, manière propre à chaque individu de parler ou lire à haute voix, peut être : pure ou incorrecte ; claire, nette ou obscure ; franche ou tourmentée ; naturelle ou conventionnelle ; parlée ou récitée ; simple ou prétentieuse, déclamatoire ; sincère ou factice ; large ou étroite ; nuancée ou monotone ;... Lire la Suite →

Il y a un art de bercer notre sensibilité et de lui préparer des rêves, ainsi qu'à un sujet magnétisé. Et il y en a un aussi de décourager notre sympathie au moment précis où elle pourrait s'offrir, de telle manière que la situation, même sérieuse, ne soit pas prise au sérieux. Le rire /... Lire la Suite →

Du mot d’esprit au comique

"J'ai mal à votre poitrine", écrivait Mme de Sévigné à sa fille malade. Voilà un mot d'esprit. Si notre théorie est exacte, il nous suffira d'appuyer sur le mot, de le grossir et de l'épaissir, pour le voir s'étaler en scène comique. Or nous trouvons précisément cette petite scène, toute faite, dans L'Amour médecin, de... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :