Délégations

Déléguez, déléguez, cher monsieur. Les P.-D.-G. l'oublient toujours. L'habitude de ne compter que sur eux-mêmes, et puis c'est l'infarctus. On devient généralement un grand patron après la cinquantaine, mais on ne veut pas déléguer. Pourtant, tout est là. Vous savez, Hendemann, qui a avalé toute la concurrence européenne ? Quelqu'un lui a dit à un... Lire la Suite →

Il paraît qu'il ne faut pas avoir peur du bonheur. C'est seulement un bon moment à passer. Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable / Romain Gary

Lettre de rupture à soi-même

Vous m'avez profondément déçu. Je découvre que vous avez une nature médiocre d'épargnant, que vous êtes un homme de bilan, de prévoyance, de comptabilité et de marges bénéficiaires. L’aventurier que j'ai connu dans ma jeunesse est devenu un petit bourgeois qui a peur de perdre. Vous ne savez plus vivre dans le présent, et le... Lire la Suite →

De l’art de vendre une maison

On comptait hier au soir à table, qu'Arlequin, l'autre jour à Paris, portait une grosse pierre sous son petit manteau ; on lui demandait ce qu'il voulait faire de cette pierre ; il  dit que c’était un échantillon d'une maison qu'il voulait vendre : cela me fit rire ; je jurai que je vous le... Lire la Suite →

Au pied de la lettre

Je ne sais en quelle disposition vous serez en lisant cette lettre ; le hasard fera qu'elle viendra mal à propos et qu'elle ne sera peut-être pas lue de la manière qu'elle est écrite ; à cela je ne sais point de remède ; elle sert toujours à me soulager présentement ; c'est au moins... Lire la Suite →

Maman rouspète

Moi j'aime pas les livres d’enfants qui font la leçon. Pilou prend son goûter. Pilou fait caca. Mais donnez-nous des histoires ! Mettez-y des légumes verts, de l’heure du coucher et des formules de politesse si vous y tenez. Mettez-y du lacet à nouer et même de l’hygiène dentaire si ça vous chante. Mais par tous... Lire la Suite →

Nuremberg

Dans son Journal de pensée (1967), Hannah Arednt recopie une phrase de Peter Ustinov lue dans le New Yorker : "Pendant des siècles, les hommes ont été punis pour avoir désobéi. A Nuremberg, pour la première fois, des hommes ont été punis pour avoir obéi." (Dés)obéir / Frédéric Gros

Toucher le pas-beau

La justice des contes de fées, comme celle de la psyché profonde, récompense la bonté à l'égard de ce qui semble intérieur et punit le refus de faire du bien à qui n'est pas beau. Il en va de même dans les grands sentiments, tel l'amour. Quand nous nous ouvrons et touchons le pas-beau, nous... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :