Déclin glandulaire

Aux environs de la cinquantaine, la virilité fait souvent quelques transferts et cherche à se constituer un capital de puissance à l'abri du déclin glandulaire. Au-delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable / Romain Gary

Pour ma part, je ne connais que des gens plus ou moins atteints de maladies plus ou moins nombreuses à évolution plus ou moins rapide. Knock / Jules Romains

Ride du lion et pattes d’oie

L'enveloppe des arbres est en tout point similaire à la nôtre, à une différence de vocabulaire près : leur peau est appelé écorce. […] Tous les arbres ne desquament pas de la même façon. Certains s'exfolient en permanence (leurs pendants humains se verraient prescrire un bon shampooing antipelliculaire) quand d'autres se dégarnissent avec la plus... Lire la Suite →

Croissance horizontale

Un jour arrive où propulser l'eau et les éléments nutritifs toujours plus haut solliciterait le système vasculaire [des arbres] au-delà de leurs capacités. En compensation, ils optent pour une croissance en largeur et deviennent ainsi de plus en plus gros en vieillissant (autre phénomène que nous sommes nombreux à partager avec les arbres...). La vie... Lire la Suite →

Bazin – Estés / Conversation

Si vous pouviez porter vos regards sur l'être le plus endurci, le plus cruel, le plus impitoyable pendant son sommeil et au moment où il s'éveille, vous verriez en lui, durant quelques instants, l'innocence même de l'enfance. Dans notre sommeil, nous revenons à l'état de douceur pure. Nous sommes refaits à neuf, reconstitués, dans la... Lire la Suite →

Eloge des larmes

Peut-être est-ce une disposition propre au type amoureux, que de se laisser aller à pleurer ? Soumis à l'Imaginaire, il se moque bien de la censure qui retient aujourd'hui l'adulte loin des larmes et par laquelle l'homme entend protester de sa virilité. En libérant ses larmes sans contrainte, il suit les ordres du corps amoureux,... Lire la Suite →

Observation pulmonaire

Observez d'abord la respiration, dont vous devenez le témoin passif. Dirigez votre attention vers l'acte respiratoire, sans l'influencer. C'est plus difficile qu'il n'y paraît car le fait même de prendre conscience des mouvements respiratoires nous incite à les modifier. J'apprends le yoga / André Van Lysebeth Une idée du même genre ici : Observation salutaire

Respiration de secours

"Que se passe-t-il pendant la grossesse ? A mesure que l'utérus prend du volume, il envahit la cavité abdominale et, durant les derniers mois de la grossesse, la femme ne peut pratiquement plus respirer du diaphragme, celui-ci ne pouvant plus s'abaisser à cause de la présence de l'enfant et du placenta. Dès lors, la femme... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :