Simplicité bucolique

Ils regardèrent, l'un la Grande Ourse et l'autre la Petite. Remué par tant de poésie céleste, le Bombé leva délicatement une fesse, émit un pet plus foudroyant qu'un uppercut, qui monta jusqu'au contre-ut avant de s'achever par une phrase de morse en suave dégradé. Là-dessus, Chérasse attendit avec intérêt le jugement de l'auditoire. - Pas... Lire la Suite →

Soumission des corps

N'aie pas peur Jacques... - Pourquoi tu dis ça ? Peur de quoi ? - De moi. Tu n'as pas l'habitude d'être aimé comme un raz de marée et je sais que tu tiens à ta liberté... - Ne dis pas de bêtises. Ma liberté, avec toi, je n'ai rien à en foutre. Rien. Prends-là,... Lire la Suite →

La faute à qui

J'avais sans doute et bien malgré moi éveillé en elle un sentiment d'insécurité, de culpabilité et de perte de valeur, la crainte de ne pas être assez excitante qui n'est jamais trop difficile à susciter chez la millénaire servante de l'homme et qui est une telle bénédiction pour les virilités approximatives, lorsqu'il s'agit d'inverser les... Lire la Suite →

Déclin glandulaire

Aux environs de la cinquantaine, la virilité fait souvent quelques transferts et cherche à se constituer un capital de puissance à l'abri du déclin glandulaire. Au-delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable / Romain Gary

Pour ma part, je ne connais que des gens plus ou moins atteints de maladies plus ou moins nombreuses à évolution plus ou moins rapide. Knock / Jules Romains

Ride du lion et pattes d’oie

L'enveloppe des arbres est en tout point similaire à la nôtre, à une différence de vocabulaire près : leur peau est appelé écorce. […] Tous les arbres ne desquament pas de la même façon. Certains s'exfolient en permanence (leurs pendants humains se verraient prescrire un bon shampooing antipelliculaire) quand d'autres se dégarnissent avec la plus... Lire la Suite →

Croissance horizontale

Un jour arrive où propulser l'eau et les éléments nutritifs toujours plus haut solliciterait le système vasculaire [des arbres] au-delà de leurs capacités. En compensation, ils optent pour une croissance en largeur et deviennent ainsi de plus en plus gros en vieillissant (autre phénomène que nous sommes nombreux à partager avec les arbres...). La vie... Lire la Suite →

Bazin – Estés / Conversation

Si vous pouviez porter vos regards sur l'être le plus endurci, le plus cruel, le plus impitoyable pendant son sommeil et au moment où il s'éveille, vous verriez en lui, durant quelques instants, l'innocence même de l'enfance. Dans notre sommeil, nous revenons à l'état de douceur pure. Nous sommes refaits à neuf, reconstitués, dans la... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :