Rencontre amoureuse

Ni l'un ni l'autre ne se connaissent encore. Il faut donc se raconter : "Voici ce que je suis." C'est la jouissance narrative, celle qui tout à la fois comble et retarde le savoir, en un mot, relance. Dans la rencontre amoureuse, je rebondis sans cesse, je suis léger. Fragments d'un discours amoureux / Roland... Lire la Suite →

Humanité abstraite

Je faisais vivre des centaines de familles démunies, mais j'allais toujours d'abord voir si mes pauvres avaient des têtes qui me revenaient : je ne voulais rien faire pour l'autre, cette humanité abstraite et anonyme, sans visage et sans chaleur, qui rôdait autour des hommes de bonne volonté et les dévorait pour tenter en vain... Lire la Suite →

Amour syllogistique

Depuis près de quarante ans, il l'aimait avec une telle constance qu'il lui paraissait parfois qu'il n'allait jamais mourir, simplement parce qu'il ne pouvait imaginer que sa tendresse pour elle pût avoir une fin. Lady L. / Romain Gary

Trois mots pour dire

En grec, il existe trois mots pour désigner l’amour, a-t-il commencé. Aujourd’hui tu assistes à une manifestation d’Eros, ce sentiment entre deux personnes. [...] Philos est l’amour sous la forme de l’amitié. […] Lorsque la flamme d’Eros ne parvient plus à briller, c’est Philos qui maintient les couples unis. [...] Nous sommes tous à la... Lire la Suite →

Amours platoniques

Le pauvre était simplement attaché à la vertu et à la pureté avec l'obstination farouche des natures vraiment distinguées que la réalité épouvante, pour qui l'amour se passe seulement entre les âmes, et qui n'ont jamais pu se faire à l'idée qu'il fallait y mêler encore les mains et Dieu sait quoi. Lady L. /... Lire la Suite →

Meilleure manière de se faire mal

De toutes les manières que l’homme a trouvées de se faire du mal à lui-même, l’Amour est la pire. Nous souffrons toujours pour quelqu’un qui ne nous aime pas, pour quelqu’un qui nous a quittés, pour quelqu’un qui ne veut pas nous quitter. Si nous sommes célibataires, c’est que personne ne nous aime ; si nous... Lire la Suite →

Amitiés froides

Ses amis [...], on les choisit. Sauf quand ce sont eux qui vous ont choisi, et on s'est laissé faire, mais ils n'en sont alors que pus précieux. Certes on aime ses amis. Mais il s'agit d'un attachement lucide, clair, fait d'estime et de reconnaissance d'une éminente valeur, presque froid en somme. Le temps fortifie... Lire la Suite →

Fonte du désir

J'observe que je n'ai rien dit sur la fonte de notre désir avec les ans. La question n'est pas tant de savoir depuis quand nous ne faisons plus l'amour (curiosité de magazine) mais comment nos corps s'y sont pris pour passer sans heurt de la copulation perpétuelle à la jouissance de notre seule chaleur. Cette... Lire la Suite →

Sans blague ?

L’amour, si c’est la même chose que l’amour de Dieu dont on nous rabâche les oreilles depuis des années, ça ne doit être encore qu’une fichue blague. Vipère au poing / Hervé Bazin

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :