Besoin de beauté

Lady L. avait trouvé dans l'Essai sur l'art de Sir Bertram Moore, publié en 1941, un passage remarquable qui lui paraissait s'appliquer admirablement à Armand et à certains de ses compagnons. "Cela devait finir ainsi ; le besoin de beauté de l'âme humaine devait tôt ou tard sortir des limites de l'art pour s'attaquer à... Lire la Suite →

Adaptation à l’existence

Il y a des êtres limités, d’une beauté éclatante mais sans prolongement et, soyons francs, qu’on aurait tout lieu de mépriser s’ils ne nous offraient le spectacle d’une adaptation sans défaut à l’existence, d’une adéquation miraculeuse de leurs désirs et des choses à leur portée, de leurs paroles et des questions qu’on leur pose, de... Lire la Suite →

Harmonie des faces

La beauté, la réelle beauté finit où commence l’expression intellectuelle. L’intellectualité est en elle-même un mode d’exagération, et détruit l’harmonie de n’importe quelle face. Au moment où l’on s’assoit pour penser, on devient tout nez, ou tout front, ou quelque chose d’horrible. Voyez les hommes ayant réussi dans une profession savante, combien ils sont parfaitement... Lire la Suite →

Contraire de l’art

La musique doit humblement chercher à faire plaisir ; il y a peut-être une grande beauté possible dans ces limites. L’extrême complication est le contraire de l’art. il faut que la beauté soit sensible, qu’elle nous procure une jouissance immédiate, qu’elle s’impose ou s’insinue en nous sans que nous ayons aucun effort  faire pour la saisir.... Lire la Suite →

Roland (Barthes)

Roland était un critique littéraire qui nous a quitté en 80. J'avais 2 ans. C'était aussi un "structuraliste" qui, comme Tournier dans ses Célébrations, s'émerveillait des petites unités qui forment le tout. Un œil japonais, un fragment de discours amoureux... C'était aussi un "sémiologue", qui, comme Tournier avec son Roi des Aulnes, voyait des signes partout. Des dizaines par exemple... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :