Portrait d’un nourrisson

3 jours déjà ! C’est gros comme un rôti de famille nombreuse, rouge viande tout comme, soigneusement saucissonné dans l’épaisse couenne de ses langes, c’est luisant, c’est replet de partout, c’est un bébé, c’est l’innocence. Mais gaffe : quand ça roupille, paupières et poings serrés, on sent que c’est dans le seul but de se réveiller, et... Lire la Suite →

Les hommes naissent prématurés

Pour les femmes, [la position debout] eut un prix supplémentaire. La position droite nécessitait des hanches plus étroites, resserrant le canal utérin - et ce, au moment précis où la tête des bébés devenait toujours plus grosse. La mort en couches fut un risque majeur pour les femelles humaines. Celles qui accouchaient tôt, quand le... Lire la Suite →

Disproportion des forces

Les bébés développent une énergie sans commune mesure avec la nôtre. Face à ces vies en expansion nous faisons figure de vieux vivants. Même dans leurs pires débordements les jeunes adultes veillent à l'économie de leurs forces. Les bébés, non. Énergie prédatrice à l'état pur, ils se nourrissent sans vergogne sur la bête. [...] Mais... Lire la Suite →

Stupeur familière

"Un bébé nous est né. Installé à la maison comme s’il était là depuis toujours ! J’en reste sans voix. Mon fils m’est un objet de stupeur familière." Journal d'un corps / Daniel Pennac

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :