Complainte amoureuse

Oui, dès l'instant où je vous vis, Beauté féroce, vous me plûtes ; De l'amour qu'en vos yeux je pris, Sur-le-champ, vous vous aperçûtes. Mais de quel air froid vous reçûtes Tous les soins que pour vous je pris ! Combien de soupirs je rendis ? De quelle cruauté vous fûtes ? Et quel profond... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :