Réelle beauté

Si le propos n'était très audacieux, je dirais que les plus beaux poèmes ne valent pas, pour un être vraiment épris, le balbutiement d'un aveu maladroit. Journal d'un curé de campagne / Georges Bernanos

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :