Gribouillage

Dessin atrophié et informe, exécuté pour s'offrir une petite échappée mentale, au milieu de l'effort ou de l'ennui. G, B, L, L et G encore. Le mot lui-même, avec toutes ses circonvolutions, évoque un trait sans queue ni tête, errant au hasard de la place laissée par la ligne d'écriture. Tout homme qui écrit gribouille. Le... Lire la Suite →

Engagement du corps

Lison est à l'âge où l'enfant engage son corps entier dans le dessin. C'est tout le bras qui dessine : épaule, coude et poignet. Toute la surface de la page est requise. [...] Dessin en expansion. Dans un an, l'apprentissage de l'écriture aura raison de cette ampleur. La ligne dictera sa loi. Épaule et coude... Lire la Suite →

Oeuf à la coque

Oeuf dans sa coque cuit quelques minutes à l'eau bouillante, dont le résultat n'a d'égal que le dessin d'enfant ; unique et innombrable. L’œuf et le dessin vivent ainsi le même paradoxe car si chacun est un chef d’œuvre, peu nombreux sont les papilles et l’œil qui s'y arrêtent. Si toutes les poules venaient à... Lire la Suite →

Merveilles fondatrices

Je veille à la cuisson des œufs coque pendant que Lison dessine en silence, la main refermée sur son bout de crayon. Le dessin achevé, elle me le montre et je m'écrie oh le beau dessin sans quitter des yeux la trotteuse de ma montre. C'est un homme qui crie dans sa tête, précise l'artiste.... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :