Regard sur un œil

Les quelques traits qui composent un caractère idéographique sont tracés dans un certain ordre, arbitraire mais régulier ; la ligne, commencée à plein pinceau, se termine par une pointe courte, infléchie, détournée au dernier moment de son sens. C'est ce même tracé d'une pression que l'on retrouve dans l’œil japonais. On dirait que le calligraphe anatomiste pose à... Lire la Suite →

D’une touche légère

[...] aucun plat japonais n'est pourvu d'un centre (centre alimentaire impliqué chez nous par le rite qui consiste à ordonner le repas, à entourer ou à napper les mets) ; tout y est ornement d'un autre ornement : d’abord parce que sur la table, sur le plateau, la nourriture n’est jamais qu'une collection de fragments,... Lire la Suite →

Être ou ne pas être

[...] comme beaucoup de langues, le japonais distingue l'animé (humain et/ou animal) de l'inanimé, notamment au niveau de ses verbes être ; or les personnages fictifs qui sont introduits dans une histoire (du genre : il était une fois un roi) sont affectés de la marque de l'inanimé ; alors que tout notre art s'essouffle... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :