22 mars 2017

Dernière fois

Il faut l’admettre, cette question est insurmontable et peut être exprimée sous la forme d’un théorème simple : tout ce qui est bon pour la conservation est mauvais pour la communication et tout ce qui est bon pour la communication est mauvais pour la conservation. […]

Ce débat a mobilité bien des journalistes lors de la construction de la Bibliothèque nationale de France. Ce que n’ont pas compris les concepteurs de la BnF c’est qu’on était passé d’une logique de l’accumulation à une logique de l’articulation. Vouloir réunir au même endroit la totalité des connaissances […] n’a plus aucune vraisemblance, si ce n’est, à titre de référence, sur Internet. […] Nos sciences sont trop divisées, nos savants trop spécialisés, nos supports trop diversifiés pour qu’on puisse imaginer les servir à jamais, tous, tout de suite, au même endroit.

C’était bien sûr le vœu secret de certains intellectuels toujours jaloux de leur caste […] : une bibliothèque unique, à eux seuls consacrée, non pas pour y trouver tout – ce que chacun sait impossible – mais pour justifier que l’on n’en bâtisse pas d’autre ailleurs. […]

Ce vieux rêve alexandrin était encore possible au XIXe siècle et c’est sur ce modèle que se sont construites les grandes Bibliothèques nationales […] à Londres, à Paris, à Madrid, à Budapest. C’est ce modèle […] que répète la BnF. Croyant répondre à l’injonction présidentielle de fa&ire une bibliothèque « d’un genre entièrement nouveau », on a construit ce qui sera peut-être la dernière des bibliothèques de l’ancien genre, celui d’une époque où l’on croyait qu’il suffisait d’une bibliothèque pour rassembler tout le savoir du monde à l’usage de quelques-uns.

L’architecture de la BnF, dans son implacable géométrie, est la fidèle traduction d’une conception figée de la connaissance. La clôture des espaces sur eux-mêmes, leur symétrie parfaite est encore l’image d’un savoir parfaitement ordonné qui ne laisse rien dépasser. […]

Aurait-on eu, à la place, le grand réseau de bibliothèques de recherche qui manque à la France si on ne l’avait pas construite ? J’en doute fort, hélas, et par conséquent ne regrette rien […].

Au fond, ce sera peut-être notre mérite, un jour, d’avoir voulu construire en France la dernière des bibliothèques qui se seront crues universelles.

La sagesse du bibliothécaire / Michel Melot

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de FloFlo

"Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène."

Derniers Articles par FloFlo

CATÉGORIE

Ecriture et verbe

Mots-clés